Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

Historique de la marche des Jonquilles

publié le 27 mai 2016 (modifié le 19 juillet 2016)

« Il est permis de rêver » écrivait le poète Paul André de Bléharies. Mettant à profit cette lapalissade bien agréable, permettez que je vous conte à ma façon la petite histoire de la grande MARCHE des JONQUILLES.

Il était une fois une bande d’amis du village de Wez-Velvain (devenu Brunehaut) qui avaient coutume de se retrouver chaque dimanche pour pratiquer leur détente favorite : la marche. Robert, Jacques, Georgette, Annie et les autres, marcheurs souriants de Kain, allaient ainsi par Monts et par Vaux de village en village, de clocher en clocher, de bois en campagne.

Un jour du printemps de 1979, ces joyeux sportifs s’approchèrent de la forêt de Howardries, propriété des Comtes du Chastel de la Howardries. Ils furent émerveillés par les tapis de jonquilles qui y fleurissaient à foison, rendant les sous-bois éclairés comme par magie de jaune tendre…

Nos compères, après un entretien avec les maîtres des lieux, mirent sur pied une promenade qui rassembla près de 300 randonneurs émerveillés… En 1979 naissait la Marche des Jonquilles à Brunehaut, portée par des milliers de fées souriantes au printemps.

Dix années plus tard, cette organisation abandonnée par ses fondateurs risquait de tomber dans l’oubli. C’est alors que Georges de Blandain, marcheur impénitent, s’émut de cette disparition inéluctable auprès de Pierre Picq lequel, avec l’appui de l’ADEPS, releva le gant et reprit en mains avec enthousiasme cette Marche des Jonquilles. Avec l’aide bien précieuse de Georges Houzé, de Marc André et plus tard de Frédéric Dupuche, Pierre « boosta » cette organisation de printemps au point d’en faire la plus importante marche de Wallonie et de Picardie (50% des participants sont des chti’s ou des picards bon teint). En 2003, on s’approcha de 7.000 marcheurs sous un soleil printanier généreux. Tour à tour, les marcheurs s’élancèrent de Bléharies, Wez, Péronnes, Rongy et Lesdain.

Le gigantisme de cet événement de plein air contraint la petite équipe à rechercher de l’aide. Tous les clubs de la région furent sollicités et seul Mont-Marche Tournai accepta de relever ce challenge, avec bonheur depuis le 14 mars 2004 en l’organisant d’abord à Rongy, puis à Lesdain.

Lesdain, adossé à la forêt magique, est connu depuis 1314 comme étant un vaste massif forestier, occupé par les civilisations préhistoriques. Un jour, Lesdain devint la capitale des pépiniéristes. Cette profession trouve son origine au 17ème siècle : probablement les anciens bûcherons se sont-ils transformés en « cultivateurs de jeunes pousses » récupérées en forêt. En 1850, les agriculteurs s’orientèrent vers la culture de jeunes arbres ; jusqu’en 1930 où la crise leur ouvrit le marché de la fraise ou la création de vergers. En 1978, quelques 25 pépiniéristes se rassemblèrent pour former le « groupement des pépiniéristes de Lesdain » qui a toujours fait bon accueil à la Marche des Jonquilles.
Symbole de la renaissance de la nature, la prestigieuse MARCHE des JONQUILLES est le premier bol d’air de milliers de personnes qui proclament : « A la Marche des Jonquilles, on s’y sent bien, toujours on y revient ».

Pierre Picq

Collaborateur de Mont-Marche Tournai